Virée aux Sables d’Olonne : faire du cap, un point c’est tout !

Hasufel aux Sables d’Olonne

Le 26 mars 2022, Alain accueille Marie et Richard à bord d’Hasufel.
Nous partons pour deux jours, destination les Sables : un vent régulier, bien orienté, nous permettra de tirer un seul bord pour l’aller.

Un fois le pont franchi, on sort le spi d’Hasufel.

Côté météo, le soleil et la température très clémente vont bien vite nous inciter à enlever la polaire, le t-shirt, puis à troquer le pantalon pour un bermuda !

Mais quelle est cette bouée, croisée au large des Sables ?

A l’arrivée, ce n’est pas la foule d’une transat qui nous accueille dans le mythique chenal des Sables d’Olonne, mais c’est une bien belle entrée.

Une fois Hasufel installé sur un des pontons d’accueil, notre joyeux équipage part découvrir la vieille cité puis le front de mer.

Le lendemain matin, c’est une météo toujours propice à la navigation qui nous pousse vers le large. Une régate a semé un nuage d’optimists dans la baie. Un peu plus loin, nous passons un imposant cargo à l’arrêt.

Richard ! Il faut passer derrière, ok, mais pas trop près !

Le vent est nettement moins soutenu, environ 5 à 6 nœuds, mais nous allons réaliser le retour d’un seul bord, en 6 h 30. Cette-fois, nous contournons Ré par l’ouest.

A l’approche du phare des Baleines.

Même les meilleurs moments ont une fin, et nous voici en vue du Lavardin, après 48h de navigation dans une bulle de sérénité, accompagnés par les conseils sûrs et précis d’Alain.

Qui voit le Lavardin voit la fin…

A lire également

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.